C’est un jeu tout bête à première vue mais qui a plein d’atouts dans sa pochette. « 2 minutes de bonheur ensemble » est un jeu de conversation qui connecte les générations, favorise le dialogue, l’échange et la transmission. À offrir absolument.

Léo a toujours le jeu dans sa poche. Pour le moment où il aura deux minutes devant lui pour engager la discussion avec son père, sa mère, ses grands-parents, ses frères et sœurs mais aussi ses amis ou ses collègues. Deux minutes pour créer du lien.

Hier, au dîner de famille, il a sorti les petites cartes violettes entre la poire et le fromage et n’a pas mis longtemps à expliquer les règles à l’assemblée puisqu’il suffit de tirer une carte et d’y répondre à tour de rôle en deux minutes chrono. Jean, son grand-père a pioché une première carte : “je décris mon premier téléphone”. L’octogénaire qui ne fait vraiment pas son âge raconte que l’outil de communication n’existait pas quand il était petit. “Il n’y avait ni i-phone, ni Nokia 9 touches, rien, nada, confie-t-il. C’est à la naissance de votre mère que les modèles à cadran ont commencé à investir les foyers.” Jean décrit le petit carnet qu’il y avait dans toutes les chaumières pour noter les numéros de téléphone. “Tous les dimanches, j’appelais ma mère” ajoute-t-il juste avant que la sonnerie qui marque la fin des deux minutes réglementaires siffle les arrêts de jeu.

Confidences de l’existence

Léo qui est né avec un portable dans son berceau n’en revient pas. “Mais alors vous faisiez comment pour vous donner rendez-vous ? Et internet c’était quand ?”  La discussion commence, les souvenirs remontent, Jean raconte les nombreuses lettres qu’il a écrit à la grand-mère de Léo, le facteur qu’il guettait sur le pas de la porte… C’est au tour d’Inès, la sœur de Léo de tirer une nouvelle carte. “En ce moment, mon moment préféré de la journée c’est…” Inès qui est encore à l’école primaire confie que c’est à 8h40 précises. C’est le moment où elle retrouve ses copines pour aller ensemble à l’école. Ensemble, elles profitent des 10 petites minutes de trajet pour se raconter leur vie et boulotter quelques bonbons en cachette. Pour Valérie, la mère de Léo, c’est le vendredi à 19h quand le week-end peut enfin commencer.

Derniers nés de Raphaëlle de Foucauld : les livrets  « 1 temps pour soi » (retraite), « 1 temps pour 2 » (couples) et  – scoop – « 1 temps pour soi maternité » qui sort au printemps. 

Psychologie positive

Ce jeu « 2 minutes de bonheur  ensemble» de 60 cartes (+ 40 en format digital offertes) a été inventé par la thérapeute Raphaëlle de Foucauld qui, tous les jours, voit défiler dans son cabinet des patients dont le mal être est souvent lié à une mauvaise ou une absence de communication. “Le jeu par essence, est quelque chose de léger. Ici, on a deux minutes pour répondre, on va échanger des choses qui semblent anodines mais qui sont en fait les fondements de la relation. Prendre du temps pour créer du lien, pour vivre en profondeur une relation, avec les cartes c’est quelque chose de très accessible.” Dans ce jeu, rien n’est laissé au hasard, le contenu des 60 cartes a été pensé selon les principes de la psychologie positive. “Toutes les cartes sont tournées vers du positif, on ne va échanger que des choses qui vont apporter de la joie et du bonheur.”

Le lien avant tout

“2 minutes de bonheur ensemble” est le dernier né des jeux de cartes inventés par Raphaëlle. Avant, il y a eu 2 minutes de bonheur en couple, puis 2 minutes de bonheur en famille ou 2 minutes les filles sous le même principe : parler d’égal à égal, évoquer des sujets que l’on aborde jamais, se dire des choses positives. Pour poursuivre sur ce chemin des liens qui font du bien, Raphaëlle a récemment développé des podcasts “Bulle de bonheur”, conçu des livrets “Un temps pour” pour accompagner les changements de vie, dispense des formations pour les pros.“Mon souhait le plus profond c’est d’amener des bulles de bonheur chez les gens.”

Avant que la famille ne passe au salon pour boire le café, Léo fait piocher à son père une dernière carte : “je raconte une tradition familiale qui me plait”. Stéphane décrit les cousinades qui ont lieu chaque année avant de se raviser. Ce qui me plaît, c’est ce petit moment que l’on vient de passer ensemble à piocher dans nos souvenirs. On remet ça dimanche prochain ?”

À lire aussi