Tom pourrait avoir 2 ans et demi, Josette pourrait fêter ses 89 printemps prochainement. Le premier irait tous les jours à la crèche, la seconde vivrait dans un EHPAD. Tous les deux partageraient pendant quelques mois, quelques années leurs deux bouts d’existence. 

Tom et Josette, c’est le projet de réseau de micro-crèches intergénérationnelles hébergées au sein de résidences seniors. Nous avons rencontré Pauline, l’une des trois fondatrices.


Ton projet propose de retisser les liens entre les générations, d’où te vient cette envie ?

La raison est très personnelle et c’est à ma grand-mère que je dois l’idée. Chaque fois que je lui rendais visite avec mes neveux dans son EHPAD, elle s’illuminait. Voir des enfants lui procurait une grande joie. Et réciproquement. Pour beaucoup, la vieillesse est un sujet qui effraie car il est synonyme de maladie, d’infirmité… Mais le regard que posent les tout petits sur nos aînés est différent. Ils se disent juste qu’ils vont passer un bon moment et c’est toujours ce qui se réalise. Avec les personnes âgées, le temps est comme suspendu et la richesse des échanges est impressionnante, c’est ce qui est formidable pour des petits en plein développement.

Entre l’idée et l’entrepreneuriat, il n’y a qu’un pas ?

Ça s’est fait assez naturellement. J’ai suivi un Master d’entrepreneuriat à HEC où j’ai fait la connaissance de Pauline et Isabelle. Une évidence s’est progressivement imposée à moi. Nous sommes différentes mais très complémentaires toutes les trois. Et surtout, nous partagions la même ambition de créer une entreprise avec un fort impact social. À la fin de notre Master, Tom & Josette était déjà né !

Tom & Josette a été incubé pendant un an chez makesense, raconte-nous…

Je me rappelle du jour où Karell nous a appelées pour nous annoncer qu’on étaient prises dans l’incubateur. À l’époque, on bossait dans un café… Ce coup de fil était la promesse de bureaux, d’un accompagnement : on allait passer à l’étape supérieure ! Je retiendrai les petits déjeuners toutes les deux semaines pendant lesquels les incubés partagent les actualités de leurs projets. On y fête nos petites victoires, des choses qu’on ne peut pas forcément partager avec nos amis et notre famille, c’est super motivant ! Et puis, il y a aussi les points hebdos avec Mathilde, notre coach chez makesense et son œil avisé. Elle apporte toujours un angle de vue hyper pertinent sur nos enjeux. Bref, en douze mois on est passées d’un projet entrepreneurial à une vraie entreprise.

Dans quelques jours, ton équipe quittera l’incubateur et volera de ses propres ailes. Le voyage s’annonce comment ?

Le 24 août, on inaugurera la première crèche intergénérationnelle à Rennes. Tous mes efforts sont orientés là-dessus ! Mes objectifs sont d’avoir 10 enfants inscrits, d’avoir fini les travaux et aménagé le local. J’espère aussi qu’on aura créé des relations fortes entre les équipes de la crèche et celles de l’EHPAD.

Quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui hésite à se lancer dans l’aventure entrepreneuriale ?

Je lui dirais d’oser se lancer. On croit toujours qu’on ne sait pas faire – ce qui est souvent vrai ! – mais on peut aussi trouver des gens qui ont les compétences et, mieux encore, qui sont prêts à nous aider. Il faut savoir se laisser porter, c’est comme ça qu’on avance !

Question bonus pour finir. Selon toi, qu’est-ce que l’entrepreneuriat doit apporter à la société ?

Pour moi, l’entrepreneuriat doit créer de l’emploi mais surtout de la valeur dans la durée. Ma vision n’est pas de créer une boîte pour la revendre dans 2 ans. Ce que je veux, c’est la faire grandir et apporter de la valeur à chacune des parties prenantes. Je pense que le business doit servir l’impact. Pas l’inverse.