L’ambiance n’était pas aux feux d’artifice le 15 août dernier quand les talibans ont pris Kaboul. Les images de l’aéroport bondé, des enfants tenus à bout de bras, les cris et les tirs en l’air ont vite fait de nous faire oublier la légèreté des vacances. Depuis, plus de 100 000 personnes ont été évacuées, acheminées ici et là et ont aujourd’hui besoin de notre soutien. On les aide ?

My tailor is rich, donne des « cours » d’anglais

Imagine, tu débarques dans un pays que tu ne connais pas sans parler un mot de la langue et, en prime, tu galères en anglais… L’intégration va être compliquée. Comme c’est le cas de pas mal d’Afghan·es qui viennent tout juste d’arriver, English pour tout le monde, donne des cours d’anglais aux personnes réfugiées dans tout Paris, y compris à la Maison des Réfugiés. Alors toi qui a l’accent de Georges Clooney, qui connaît par cœur les répliques de Friends et qui a un niveau genre B2 et plus, deviens bénévole. Tu pourras donner des cours réguliers ou intervenir de temps en temps. It’s up to you !

Inscris-toi ici

L’amitié c’est simple comme un coup de fil, décroche ton téléphone

Allo, ça va ? Le service Allomondo a été développé par l’association Singa en plein confinement et conserve toute sa pertinence aujourd’hui. Sur la plateforme de l’association, des personnes locales (vous, moi, Gégé) sont mises en relation avec des réfugié·es pour taper la discute au téléphone ou par visio. L’idée est d’échanger, de partager des bouts de culture et si le courant passe bien de se donner rendez-vous pour boire un verre, jouer à la pétanque ou aller pédaler. C’est totalement flexible et facile d’accès. La preuve, déjà 2000 personnes sont inscrites sur la plateforme. Tiens, tu te souviens ? Notre reporter tous terrains, Benjamin a testé et largement approuvé.

Rejoins le club

Les petits plats dans les grands, cuisine pour les réfugié·es  

Parce qu’il n’y a pas meilleur qu’un bon petit plat pour se réchauffer le cœur, le Refugee food festival prépare 500 repas par jour pour les Afghan·es. Ça se passe au Ground Control à Paris et l’équipe a besoin de marmitons. Pas besoin d’avoir fait Top Chef pour participer. Tu seras en cuisine, entouré·e  d’un ou de plusieurs professionnels pour aider à la confection de repas. Ta mission si tu l’acceptes ? Découpe de légumes, cuisson, dressage, aide au nettoyage. C’est aussi une façon géniale de rencontrer du monde et d’apporter du réconfort à toutes ces personnes qui ont dû fuir leur pays.

Porte-toi volontaire

Sur les bancs de l’école, aide des femmes à reprendre leurs études

Parce qu’il n’est pas facile pour les femmes réfugiées de reprendre le chemin de l’école, l’association UniR a lancé un programme de mentorat : Intercultur’elles… Des personnes locales, vous, moi (non pas toi Gégé, cette fois c’est un programme entre femmes) peuvent devenir mentors pour accompagner une femme réfugiée à trouver la meilleure formation dans le supérieur. Concrètement, être mentor ça veut dire quoi ? Partager ses expériences, ouvrir son carnet d’adresses, fournir des ressources… Il faut également avoir au moins 3 ans d’expérience dans son domaine de spécialisation, avoir au moins une heure par mois à consacrer au programme, habiter dans la région Île-de-France et participer à la formation de l’association.

Renseigne-toi par là

Ouvre ta porte, accueille une personne réfugiée chez toi

Pour se remettre à rêver, ce qui est indispensable ce n’est pas le sommeil, c’est une chambre… C’est pourquoi il y a 6 ans Singa a lancé le programme « J’accueille ». Il permet à des citoyen·es qui disposent d’une chambre libre pendant quelques mois d’accueillir des personnes réfugiées sans solution de logement pour qu’elles puissent se concentrer sur l’essentiel (reprises d’études, recherche d’emploi…).  Avec la crise afghane, le nombre de Français.e.s qui sont porté·es volontaires pour accueillir des personnes réfugiées via ce programme a été multiplié par 10. À Paris, Lyon, Montpellier, Lille et Toulouse, plus de 400 familles souhaitent ouvrir leurs portes et accueillir hommes, femmes et enfants contraints à l’exil. Tu as une chambre de libre pour quelques mois ? Inscris-toi à une réunion d’infos pour tout savoir sur ce programme d’accueil. C’est gratuit, et non engageant.

Et si tu souhaites juste soutenir le programme (franchement, c’est déjà pas mal), tu peux faire un don à l’association pour lui permettre d’organiser un maximum d’accueils partout en France.

Apprends-en plus ici

Fais un peu de tout ça, rejoins le programme ré_action

Pas facile d’arriver dans un nouveau pays, de s’y faire une place et d’en comprendre les codes. Pour aider les nouveaux arrivants à se sentir chez eux, faciliter leur intégration et leur apporter soutien et réconfort, makesense a créé le programme ré_action. Pendant deux semaines, tu intègres une promotion de 15 personnes et tu es guidé·e pour passer à l’action. Selon tes disponibilités et tes envies, tu peux donner des cours de français avec la Fourmillière,  participer à des sessions de cuisine, t’inscrire à des séances de sport avec Kabubu… Dans ce programme on te propose une multitude d’idées pour donner un coup de pouce à l’intégration des nouveaux arrivants en France. Viens, c’est particulièrement réjouissant ! 

Réserve ta place ici, c’est gratuit