Adieu la panne qui te coûte un bras ! La jeune entreprise Pivr permet de réparer ton gros électroménager à distance grâce à un technicien expérimenté.

On peut se faire des confidences ? À quelle décennie avez-vous arrêté d’appeler votre père pour un robinet qui fuit ou une erreur 404 de lave-vaisselle ? De mon côté, malgré mon âge respectable, je dois avouer que c’est assez récent. Mon émancipation a commencé disons il y a 3 ans avec la découverte de Google où quoi que vous tapiez, vous tombez toujours sur le tuto d’un gars qui s’est filmé avec un tournevis, vous expliquant avec une patience déconcertante comment venir à bout de cette **** de panne. Globalement ça marche… mais pas à tous les coups.

Assistance à matériel en danger

Il y a quelques jours, j’ai découvert ce qui fera de moi bientôt une grande fille : Pivr. Ce service développé par Marine Dufour (un nom prémédité) et Van Phan Thanh, une petite cinquantaine à elles deux, met en relation les êtres en carafe avec des personnes qualifiées pour les sortir de ce mauvais pas. En gros, plutôt que de raquer 80 euros rien que pour le déplacement d’un technicien, la plateforme te trouve un coach réparateur qui te guide par visio-conférence pour réparer ta bécane pour 39 euros max. 

«Notre ambition avec Pivr est de réduire drastiquement le nombre de tonnes de déchets d’équipements électriques et électroniques générés chaque année,» explique Marine fraîchement sortie d’HEC. «Nous voulons aussi revaloriser le savoir-faire de la réparation et créer un véritable réflexe réparation,» poursuit Van qui, elle, a fait Centrale. Il est vrai que dans le domaine il y a de quoi innover. En France, chaque année, 28 millions d’appareils de gros électroménager tombent en panne, 25,2 ne sont plus sous garantie (ah bon, comme c’est étrange), et seulement 3,8 millions sont réparés. La courbe devrait peut-être un jour s’inverser avec l’indice de réparabilité, rendu obligatoire sur les produits depuis le 1er janvier de cette année.

Marine et Van, les fondatrices de Pivr

Si loin, si proches !

En attendant, Claude habite en Ardèche près de Montélimar. En pré-retraite, il fait partie de la trentaine de coachs qui interviennent pour Pivr. En visio, il accompagne pas à pas les utilisateurs qui échangent avec lui par smartphone interposé n’hésitant pas à plonger l’engin au cœur de la panne pour bien expliciter ce qui cloche. «Avec le tutoriel en ligne, on m’explique un truc qui n’est jamais mon problème alors que là c’est directement mon problème,» témoigne l’un d’entre eux ravi du concept.

« ll m’arrivait de dépanner gratuitement des personnes sur Facebook parce que j’ai fait ce métier toute ma vie et que j’adore ça, raconte Claude. Aujourd’hui, avec Pivr, j’assure une trentaine de réparations chaque mois.» Pour le sexagénaire bricoleur 7e dan (il a été 20 ans frigoriste-électroménagiste), c’est un moyen de glisser tout doux vers la retraite et d’obtenir ce qu’il appelle un en-cas-salaire. «Il y a des gens qui ne connaissent pas grand chose mais qui comprennent très vite et à l’inverse des personnes qui se sentent capables mais qui sont dépassées. En fait on a un peu de tout, des hommes, des femmes, des personnes qui ont deux mains gauches comme des semi-pros. Je suis patient et puis j’ai toujours aimé la relation avec les autres.»

La rémunération de Claude et de tous les coachs en ligne dépend du résultat : 17 euros l’intervention pour une panne trouvée et 13 euros si on ne la trouve pas. «J’y passe minimum 20 minutes et maximum 1h30. Avant quand j’allais chez les clients, je restais toujours moins d’une demi-heure.»

Aux petits oignons

En moyenne 90% du coaching aboutit à la résolution de la panne et quoi qu’il arrive Pivr ne te laisse pas sur le carreau. Si tu n’as qu’une clé de 12 dans ta boîte à outils, l’équipe peut t’envoyer un devis pour acquérir les pièces détachées et le matériel nécessaires à la réparation. «Si la panne est trop complexe, on oriente vers un réparateur de confiance à domicile qui facture des prix justes, explique Marine. Et si l’appareil n’est pas réparable, on propose d’acheter une machine reconditionnée, l’idée de Pivr c’est avant tout d’encourager l’économie circulaire.»

« Pourquoi Pivr ? Parce que le pivert est un oiseau qui tape sur le tronc des arbres avec son bec pour « diagnostiquer » s’il y a de quoi se nourrir à l’intérieur du tronc, et parce que sa couleur verte rappelle nos engagements en faveur du développement durable ».

Au premier confinement la France entière qui a découvert Zoom en même temps qu’elle a retrouvé l’usage de ses mains s’est naturellement tournée vers Pivr qui venait tout juste de souffler sa première bougie. «Au printemps dernier, le nombre de demandes a été multiplié par 4, se félicitent les fondatrices. La visio s’est démocratisée, tout le monde a compris qu’on pouvait faire des choses à distance. Aujourd’hui, l’écran est nettement moins un frein.»

Aujourd’hui, les témoignages recueillis sur le site confortent les deux jeunes femmes dans la pertinence de leur projet actuellement incubé chez makesense. «On se sent autonome, on se sent en confiance car on n’appelle pas le réparateur qui va chercher à nous arnaquer, c’est très important, surtout quand on est une femme.» Et quand on est une fille comme moi, grâce à Pivr, on n’appellera plus son père pour lui parler de sa machine entartrée. Juste pour lui demander des nouvelles et lui envoyer des baisers.

Aide Pivr à allonger la durée de vie des appareils électroménagers ! L’équipe Pivr développe actuellement une nouvelle offre et aimerait interroger des consommateur·trices afin de mieux cerner leurs besoins. Fais-leur part de ton expérience avec le gros électroménager pendant un court entretien ici.