Ils sont vieux et alors ? Parce qu’ils sont les grands oubliés des programmes des candidat·es à l’élection présidentielle (comme les jeunes et le climat), les Petits Frères des Pauvres leur ont donné la parole. Extraits d’une centaine de courriers de femmes et hommes de 57 à 97 ans au futur ou à la future président·e de la République.

“Pour les personnes plus autonomes, il faudrait par exemple des constructions de petits villages ou cités, où chaque personne isolée pourrait se sentir entourée et se retrouver dans des lieux communs conviviaux (animations, jeux etc.).” Françoise, 69 ans, à domicile

“On arrive plus à joindre les deux bouts. On n’a pas assez d’argent pour s’offrir ce qui nous plaît. On achète des pommes de terre, des pâtes, du riz, de la purée mousseline, on ne peut pas acheter de légumes ni de fruits, c’est trop cher.” Sophie, 93 ans, à domicile

“Je compte sur vous pour qu’il y ait plus de personnel, donc plus d’humanité dans nos maisons de retraite. Nous sommes très âgées et parfois lourdement handicapées, la fin de vie est dure pour nous.” Raymonde, 91 ans, en EHPAD

“Je pense que l’on met beaucoup de personnes âgées handicapées en EHPAD pour limiter les aménagements dans les villes.” Lucienne, 96 ans, à domicile

“Je ne suis plus dans la course, la situation est triste. On n’est même pas respecté en plus. La jeunesse ne prend plus en compte les vieux. La vie est triste quand même, c’est sauve qui peut.” Viviane, 61 ans, à domicile

“Il faut faire plus d’écologie. Arrêter de parler, de nous faire des promesses, mais agir vraiment. Pas pour nous, c’est trop tard, mais pour nos enfants et les générations futures. “Edmée, 87 ans, en EHPAD

“On ne demande pas la lune mais de la considération et de l’humanité.” Étienne, 61 ans, à domicile

“Je trouve que la société est devenue très indifférente et que les anciens sont rejetés. Je souhaiterais que le ou la futur(e) président(e) de la République se préoccupe de l’humain et favorise la tolérance entre tous.” Louise, 86 ans, à domicile 

“Je souhaite un soulagement total, physique et moral. Pas d’acharnement et le droit de mourir dignement.” Francine, 78 ans, en EHPAD

“Quand on est bien entouré, la vieillesse est supportable.” Sophie, 93 ans, à domicile

“Du fait que je vieillis, je me retrouve tout seul. Le regard des gens n’est plus le même et je le sens bien. J’ai l’impression qu’avant j’étais le bon Dieu parce que j’étais utile et maintenant je suis le diable !” Jean-Louis, 63 ans, à domicile

“Ce sont les liens sociaux qui nous maintiennent en vie.” Jeanine, 83 ans, en EHPAD

“Pour la fin de vie, j’ai un rêve : que toutes les personnes puissent pousser leur dernier souffle dans la douceur.” Annick, 75 ans, vit en USLD

Pour retrouver l’ensemble des témoignages “Paroles de vieux électeurs” c’est par ici.

Rapproche-toi des seniors isolé·es

2 000 000 des personnes âgées souffrent d’isolement en France. Rejoins notre programme ré_action pour créer plus de liens intergénérationnels et de la place de celles et ceux qui ont tant à nous apporter, à nous raconter.

Découvrir

À lire aussi