Youtube ça n’est pas que des vidéos de chats qui font du skate, c’est aussi une plateforme incontournable pour se renseigner sur à peu près tous les sujets possibles et imaginables, du fonctionnement de l’ADN au mode de vie des Wisigoths. Voici notre sélection de comptes planète-friendly qui donnent envie de se bouger.

1 – Vert chez vous, la chaîne de Swann Périssé

Swann Périssé s’est fait notamment connaître par une vidéo mettant en scène son chagrin d’amour. Suite à cette rupture, elle a décidé de sillonner les routes avec sa caravane et de rendre visite aux initiatives “vertes” à travers la France et de raconter ça en vidéo. En fait c’est bien plus que des visites, elle s’immerge carrément dans les projets partout en France. Elle montre concrètement comment mettre la main à la pâte. On la voit monter une serre, un poulailler, fabriquer des savons… Son crédo ? Rendre accessibles les petits gestes qui mènent à la transition écologique et ouvrir les possibles à celles et ceux qui pensent que c’est dur de sauter le pas.

On aime : son auto-dérision, son rire, sa pédagogie, suivre ses aventures et sa progression sur le grand chemin de la transition.

On peut commencer par : la vidéo “Comment faire un potager sur son balcon ?”.

2 – Ta Mère Nature, la chaîne d’Ophélie Damblé

Le truc d’Ophélie, c’est les plantes, les légumes, les fleurs… bref, tout ce qui pousse, et si possible en ville. Car avant de tout plaquer pour devenir maraîcher ou maraîchère, il y a quelques étapes à franchir, dont celle d’apprendre à faire des boutures, cultiver son potager urbain après avoir probablement flingué quelques semis sur son balcon. Sa chaîne s’adresse donc “aux cancres qui pensent ne pas avoir la main verte”. Et pour ne rien gâcher, Ophélie manie l’humour et offre un univers parfois absurde, inspiré du DIY punk dont elle est issue. Une reconnexion douce à la terre qu’Ophélie anime désormais dans une serre “IRL” à la Cité Fertile à Paris, ce qui lui donne de la matière pour continuer à nous régaler avec ses vidéos. 

On aime : son humour, ses chansons absurdes, l’angle de ses vidéos.

On peut commencer par : la vidéo “Plantez-vous”, qui fait du bien et donne envie d’oser.

3 – Et tout le monde s’en fout, la chaîne d’Axel Lattuada, Marc le Boni et Fabrice Le Boni

Ces Youtubeurs sont ultra fortiches quand il s’agit de prendre un sujet et de le détricoter de manière ludique. En quelques minutes, Axel Lattuada face caméra joue une sorte d’hurluberlu insupportable mais touchant qui semble presque agacé de devoir expliquer ses concepts à une audience qui n’en reste pas moins captivée. Du contenu aussi drôle que dense qui a le mérite de vulgariser des concepts aussi divers et complexes que le féminisme, l’humour, la confiance en soi, …et qui articule autant que possible l’intime et le politique. D’utilité publique ! Le projet s’est depuis décliné en un spectacle, un jeu, et un documentaire. 

On aime : l’écriture ciselée, le jeu des acteurs.ices, la vulgarisation de concepts pas piqués des hannetons.

On peut commencer par : la vidéo sur … les vieux.

4 – Professeur Feuillage, la chaîne de Mathieu Duméry et Lénie Chérino

En 2014, Professeur Feuillage et son assistante Sophie créent une des premières chaînes écolo de France et vulgarisent des sujets aussi variés que les pires fails écolos ou l’impact écologique des chats. Certains des épisodes ressemblent à des courts-métrages et on est impressionné·es par la réalisation et le soin apporté aux décors. La chaîne n’est plus alimentée depuis plus de deux ans, mais les vidéos du Professeur Feuillage et son acolyte sont toujours (malheureusement) d’actualité. On y retrouve aussi des chroniques écologiques, des débats organisés avec le JTerre et des formats plus “reportages” qui mettent en scène d’autres pros de Youtube.

On aime : l’esthétique chiadée des vidéos, le ton, la réalisation de certaines vidéos qui ressemblent presque à de mini-films.

On peut commencer par : la vidéo à peine anxiogène sur le permafrost (attention sueurs froides garanties).

5 – La Barbe, la chaîne de Nicolas Meyrieux

Après avoir fait une pause de trois ans pour se consacrer à sa reconversion comme maraîcher (qui a fait l’objet d’un documentaire sur France Télé Slash Nouvelles Graines), Nicolas Meyrieux, un des Youtubeurs les plus engagés dans la place, revient sur Youtube pour sensibiliser les foules ! Il avait déjà fait des vidéos sous son nom “La Barbe” sur les inégalités scolaires, ou les lobbys, et à peu près tous les sujets qui grattent. Les dernières vidéos évoquent des sujets proches de ses préoccupations comme la désobéissance fertile, ses aventures pour trouver un terrain où s’installer comme paysan. 

On aime : le débit de blague, son radar à bullshit et son énergie communicative.

On peut commencer par : sa vidéo sur l’enfumage de Carrefour.

6 – Partager C’est Sympa, la chaîne de Vincent Verzat

Derrière Partager C’est sympa, il y a Vincent Verzat. Celui qui couvrait les COPs il y a quelques années a effectué un virage plus radical et alerte désormais sur les dérives d’un monde capitaliste. Il y couvre différentes luttes, à travers ce qu’il appelle des enquêtes de fond.. Les dernières en date étant contre un projet de station de ski dans les Alpes et la destruction des forêts françaises. Il avait aussi marqué les esprits avec une très belle vidéo décrivant un monde enviable pendant le premier confinement. Dernièrement il multiplie les vidéos sur son observation du vivant, avec une approche parfois plus émerveillée que révoltée. Des vidéos avec un storytelling au poil, qui démangent sérieusement et donnent envie de se bouger pour agir. 

On aime : le côté immersif et “je mets les mains dans le cambouis”.

On peut commencer par sa vidéo “Nos pires prédictions se réalisent et rien ne change” qui ne remonte pas le moral mais met les points sur le i. 

7 – Le souffle de l’info”, la chaîne du média Blast

Empruntant à la fois aux codes journalistiques et à ceux de Youtube, on y retrouve le meilleur des deux mondes avec à la fois des informations sourcées et en prime bien expliquées. Le tout de manière plutôt ludique et rythmée sur des formats longs et fouillés, qui permettent de bien faire le tour d’un sujet. 

On aime : le sérieux, les personnalités qui incarnent ce média, l’angle des sujets, l’ambition de faire un vrai média alternatif.

On peut commencer par une de leur dernière vidéo : la dictature verte est-elle la solution ?

L’esthétique Youtubesques ultraclippées permet de faire passer  des messages pédagogiques avec un vernis pop, même si ça tout ça nous fait parfois un peu tourner la tête (désolée, celle qui écrit ces lignes est un peu boomeuse sur les bords). Avec plusieurs millions d’abonné.es, certains youtubeur.ses utilisent ces codes pour tenter de sensibiliser aux enjeux sociaux et environnementaux, et on ne va pas s’en plaindre. 

À lire aussi