Pour certain·es le sujet est aussi tabou que la dernière ligne sur une fiche de paye. Tout le monde le sait : la retraite c’est pour les “vieux”, pas pour soi. Comment aider son papoune et sa mamoune d’amour à aborder le sujet sereinement ? Alphonse nous livre ses conseils.

C’est classique. À mesure que l’heure de la retraite approche, les angoisses remontent à la surface. Celle de la feuille blanche dans un agenda, d’un compte en banque moins fourni, d’une nouvelle routine sans métro ni boulot et, en prime, d’une paperasserie administrative. Bref, la fin des lundis matins ne s’annonce pas toujours réjouissante pour les personnes concernées (alors que moi, franchement il y a des jours où j’en rêve). Certaines ont besoin d’accompagnement durant cette période de transition délicate, surtout si elles n’osent pas demander d’aide. Alors on fait quoi ? Comment s’y prendre ? Comment choisir le bon moment pour en parler ? Quelles sont les astuces pour aborder le sujet de façon positive ? Suivez Alphonse…

Un départ ça se prépare

Comment savoir quand c’est le moment pour tes proches de partir à la retraite ? En dehors des réalités administratives (on compte en moyenne entre 166 et 172 trimestres travaillés pour toucher ses droits), il n’y a pas de date universelle pour partir à la retraite. Tout dépend de la situation de chacun·e. Généralement, lorsque l’on commence à se demander si c’est le moment de ranger ses crayons, c’est que ça l’est plus ou moins. On le sent venir naturellement, même lorsque l’on a du mal à se l’avouer. Un peu comme quand on commençait à délaisser ses playmobils pour passer à autre chose. Tu te souviens de cette impression d’avoir passé l’âge ? C’est un peu pareil avec le travail à plein temps.

L’âge légal de la retraite étant de 62 ou 65 ans (selon les cas), certains commencent à s’y préparer dès 55 ans. D’autres commencent à y songer vers l’âge de 60 ans. D’autres encore retardent le moment : un employeur ne peut forcer personne à quitter le navire avant 70 ans. Bref, l’important n’est pas la date de départ mais le compte à rebours. L’essentiel c’est d’y réfléchir en amont pour s’organiser en fonction de ses capacités, mais aussi de ses envies. 

Et toi qu’est-ce que tu peux faire dans tout ça ? Tu peux t’assurer de l’état de santé de ton ou tes proches, détecter les signes d’essoufflement et de surmenage, alerter, conseiller et amener la discussion sur le terrain de l’anticipation. L’idée est d’arriver à estimer l’âge auquel il est souhaitable que tes parents se retirent. Dans cette étape, rappelle-toi, le maître mot est l’a-da-pta-tion. 

Aborder le sujet sereinement

« Prêt.e pour le bac ? ». « Et du coup, tu comptes faire quoi après tes études ? ». Si toi aussi tu as grincé des dents chaque fois qu’un adulte venait te questionner sur ton avenir, alors tu peux sûrement imaginer que le sujet de la retraite s’aborde lui aussi avec des gants. Pour éviter de rejouer la partition du Tonton Nestor insistant, le mieux est de commencer par questionner tes proches sur la façon dont ils se sentent actuellement et de leur faire savoir que tu es là pour eux s’ils en ont besoin. Fais leur sentir qu’ils sont pleinement considérés et que tu es une épaule sur laquelle ils peuvent se reposer. Tes proches se sentiront ainsi plus à l’aise pour se confier à toi.

Pour prendre le pas de la confidence, partage toi aussi tes inquiétudes personnelles. On passe tous et toutes par des périodes de transition qui nous amènent à sortir de notre zone de confort à un moment ou à un autre : un nouveau job, une rupture, de nouvelles résolutions… Faire part des épreuves que tu traverses peut nourrir la confiance que tu entretiens avec tes parents.

Enfin, pour passer à l’étape supérieure et entrer dans le vif du sujet, sors la carte de l’optimisme. Mais comment introduire la fin de carrière comme une nouvelle étape de vie positive ? Ça peut paraître délicat dit comme ça, mais en réalité la retraite est une porte ouverte à de nombreuses opportunités et peut rapidement être vue comme l’occasion de réaliser toutes les idées que l’on a jamais pu concrétiser jusque-là. Se lancer sur le chemin de Stevenson, s’initier au yoga, transmettre son savoir-faire, partir en voyage, ou s’investir dans une association… Le champ des possibilités est si large que le plus difficile risque finalement de faire des choix.

Appeler Alphonse à la rescousse

Pour toutes celles et ceux qui aimeraient accompagner leurs parents, mais manquent de ressources, il y a Alphonse : une équipe qui œuvre au quotidien pour adoucir la transition vers la retraite, créer des ponts entre les générations et vivifier le quotidien de chacun·e. Depuis 2016, Alphonse aide une communauté de plus de 60 000 jeunes seniors à dessiner de nouveaux projets, tester des choses, et rencontrer des gens via les différentes ressources disponibles sur son média. L’entreprise propose deux parcours d’accompagnement distincts. Le premier pour faire un point sur sa situation et préparer sereinement sa retraite (de quoi limiter les tracas que peut causer la paperasse administrative). Le deuxième pour dessiner ses projets de retraite et organiser sa nouvelle vie, selon ses aspirations. Par ailleurs, l’équipe propose de nombreuses activités favorisant la transmission et l’inclusion et délivre plein de conseils, de témoignages, et de bons plans pour revigorer son quotidien et trouver de nouvelles inspirations pour se lever le matin. Tout ce dispositif a permis d’offrir de nouvelles perspectives à des milliers de retraité·es qui ont ouvert leurs chakras et redéfini leur champ des possibles. Certain·es sont de retour sur les bancs de l’université, d’autres ont décidé d’aller vivre à l’autre bout du monde, et beaucoup se sont lancés dans de nouvelles activités créatives. Le bonheur ! Dis Alphonse, il me reste encore combien d’annuités ?

Alerte bon plan !

Si votre parent s’inscrit grâce à vous à l’un des parcours de préparation au départ à la retraite proposés par Alphonse, vous recevez un cadeau pour 2 personnes, d’une valeur de 100 euros au choix entre : des billets de train, un atelier Wecandoo ou une randonnée avec un guide. Parce qu’un enfant qui prend soin de ses parents, ça se récompense !

Découvrir

À lire aussi