1 lettre 1 sourire est une association qui propose, à tout un chacun, d’écrire à des seniors isolées. Cette initiative est l’un des fruits, doux-amer, que nous a donné le premier confinement de 2020. Pour nous en parler, nous avons rencontré Mathilde, l’une des dix cousin·es à l’origine du projet…

Recevoir une lettre ? Un petit rien… qui change tout !

La solitude menace (et elle tue)

En majorité, nous vieillirons bien. Certes, l’âge nous apportera ses désagréments, ils sont bien connus : charentaises, jeux télés à plein volume, étrange penchant pour la couture et les mots-croisés… Mais surtout, il est un mal dont on ne parle pas, et qui nous guette plus que tout autre… C’est la solitude. 

Aujourd’hui, déjà, près d’un tiers de nos aînés déclarent se sentir seuls, et 300 000 sont en situation de mort sociale – c’est-à-dire qu’ils ne voient jamais personne. Il ne s’agit pas d’une condition bénigne. La solitude occasionne des souffrances, affecte la santé mentale et physique. Une étude anglaise estime que la solitude accroît de 14% la mortalité chez les personnes concernées.

On pourrait se rassurer, se dire qu’après tout, cela ne nous concerne pas. Que l’on fera mieux. On peut le souhaiter ! Mais la société ne prend pas cette direction, car le problème s’aggrave et, chaque année, la solitude gagne du terrain.

Ce tableau paraît sinistre ? Une bonne nouvelle, au moins, devrait nous réjouir : la solitude, ça se soigne, et ça se soigne même très bien ! D’ailleurs, une famille de la région lilloise vient d’inventer un traitement efficace – et ça passe par l’écriture…

Les “dix cousins” à l’oeuvre

10 cousins, 300 000 lettres

Ils aiment s’appeler “les dix cousins”. Mathilde est l’une d’eux. Elle nous raconte comment l’idée de l’association leur est venue, tout naturellement, en pleine pandémie : “Mon père travaille dans le milieu des EHPAD. Il nous a toujours sensibilisé à la cause des personnes âgées… Pendant le confinement, il nous racontait les ravages causés par l’isolement, les visites interdites… Alors on a décidé d’agir. Tout le monde a mis la main à la pâte !”

Chaque cousine, chaque cousin, met alors son savoir-faire à contribution. Ceux qui travaillent dans la com’, ceux qui étudient l’informatique ; ceux qui sont à l’aise avec les mots, ceux qui préfèrent les illustrations… Après quelques nuits blanches, la première version du site est enfin mise en ligne. Succès est immédiat. Le service reçoit entre 1000 et 2000 lettres par jour, parfois plus. Mathilde relativise : “C’était une période très particulière. Aujourd’hui le rythme s’est stabilisé. On reçoit environ 300 lettres chaque semaine. Soit environ 300 000 lettres depuis le début de l’aventure !”

Il faut dire que le système est rodé. Désormais, l’association compte 1300 EHPAD partenaires, et vient même d’intégrer 400 écoles dans un grand programme permettant aux élèves de rédiger des lettres aux séniors de leur région. D’un côté, on se forme à l’écriture ; de l’autre, on reçoit plein d’ondes positives. Gagnant-gagnant.

Toc toc toc c’est le facteur

Concrètement ça marche comment ? Il suffit de se connecter sur le site 1lettre1sourire.org. On rédige son message (on peut même ajouter une petite photo), puis on répond à quelques questions, par exemple si l’on préfère écrire à un homme ou une femme, si l’on veut choisir un EHPAD en particulier ou si l’on préfère que la lettre soit envoyée au hasard… Simple comme bonjour !

Les EHPAD partenaires reçoivent la lettre au format numérique. Chaque établissement, ensuite, utilise des lettres à sa manière. Souvent, elles sont imprimées puis distribuées directement aux pensionnaires. Parfois, elles sont lues en petits groupes, ou bien simplement mises à disposition des volontaires. Si les personnes âgées le souhaitent, elles peuvent même répondre. D’ailleurs, les “dix cousins” préparent une application mobile pour faciliter ce genre d’échange.

En tout cas, 1 lettre 1 sourire a déjà permis de vraies rencontres. Mathilde nous raconte : Les gens se confient de manière intime… Parfois il écrivent : “Je n’ai jamais dit cela à personne…” C’est peut être lié à l’anonymat ? Ou bien à l’écriture ? Je ne sais pas. Il y a plein d’histoires touchantes. Dans une lettre, un homme se mettait à pleurer. Il se rendait compte qu’il n’allait jamais voir son propre père en EHPAD et se promettait de changer. On a aussi vu naître une amitié, entre une adolescente perdue dans ses choix d’orientation, et une personne âgée qui lui prodiguait des conseils plein de sagesse… “

Les animatrices jouent souvent le rôle d’intermédiaire entre la plateforme et les destinataires des lettres.

1000 projets pour l’avenir

Aujourd’hui, c’est la tante de Mathilde qui dirige l’association. Et les idées continuent d’éclore. Une des cousines vient de lancer un podcast, où les plus belles lettres sont lues à voix haute. Le site, quant-à-lui, commence à s’exporter ; des versions anglaises, espagnoles ou néerlandaises sont déjà disponibles.

Mathilde, elle, s’est éloignée de l’association pour replonger dans ses études. Elle ne sait pas encore ce qu’elle fera plus tard, après son diplôme… Mais une chose est certaine : son traitement contre la solitude peut sauver des vies. À nous de l’utiliser, le plus largement possible !

Une équipe qu’on espère retrouver bien vite, sur de nouveaux projets..