Clic & Moi, c’est une entreprise 3 en 1. D’abord elle aide les séniors à prendre possession du numérique ; ensuite, elle agit contre la précarité des étudiants ; enfin, elle crée du lien social entre les générations… Sa solution miracle ? Des cours d’informatique donnés par les plus jeunes aux plus vieux !

Aaron (à gauche avec le micro) donne un cours collectif.

Une maladie touche les séniors et personne n’en parle. C’est une fracture, mais celle-ci elle est numérique. Car trop souvent les personnes âgées ne savent pas se servir des nouvelles technologies. Alors elles se retrouvent privées de nombreux moyens de communication, d’information, de divertissement, et même, d’outils nécessaires pour les démarches administratives basiques.

Cette condition touche au moins un quart des +60 ans, qui n’utilisent jamais Internet. Chez les +75 ans, la proportion monte à 67% ! Autant de personnes qui se sentent handicapées dans leur vie quotidienne mais aussi, d’une certaine manière, exclues de la marche du monde…

À l’origine : une petite asso fondée par un ado de 15 ans !

La fracture numérique, Aaron en fait l’expérience très jeune, quand sans famille offre une tablette à sa grand-mère. “Elle ne savait pas s’en servir, alors je lui ai donné des cours !” Au programme : leçon de Facetime, stage en e-mail et formation technique à la recherche de recettes de cuisine…

De cette expérience, Aaron apprend également deux trois petites choses. Par exemple, qu’aider nos aînés à maîtriser l’informatique, c’est l’occasion de passer du temps avec eux. Et puis, il se rend compte à quel point ces cours sont nécessaires. “Au début, elle pensait que l’informatique ne servait à rien ; maintenant, elle ne saurait plus s’en passer.”

Convaincu d’avoir mis le doigt sur quelque chose, Aaron crée sa propre association, sur Nice, où des étudiants donnent des cours à des personnes âgées. Son nom : Seniors PC. Aaron, lui, est âgé de 15 ans seulement ! Mais le succès est immédiat.

Clic & Moi passe à l’étape supérieure

Aaron quitte Nice pour faire ses études et Senior PC tombe en dormance… Mais, sitôt diplômé, notre homme n’a qu’une idée en tête : relancer son projet, sur Paris, en plus grand et plus fort. Ainsi naît Clic & Moi en mars 2022. Cette fois, c’est une entreprise, et le premier investissement va dans une plateforme web qui met en relation les étudiants avec les séniors. “Le but de la plateforme, dit Aaron, c’est d’automatiser toutes les tâches sans valeur ajoutée : la messagerie, l’envoi d’argent, l’algorithme de mise en relation…”

Concrètement, un étudiant qui souhaite donner des cours doit se rendre sur clic-et-moi.com puis proposer ses services. Celui-ci sera contacté pour une première session d’entretien : ses motivations seront interrogées, ses capacités pédagogiques seront testées. Après seulement, l’étudiant pourra créer son auto-entreprise et donner ses premiers cours. S’il s’agit de cours particuliers, l’étudiant touchera 17€ de l’heure ; s’il s’agit de cours collectifs, il touchera 40€ pour deux heures.

Pour certains, Clic & Moi peut même devenir un petit job. C’est par exemple le cas d’Emmanuelle, étudiante en orthophonie. Elle témoigne : “Après la fac, je vais donner des cours à domicile une ou deux fois par semaine. La plupart du temps, ils sont près de chez moi.” Mais l’argent n’est pas sa première motivation.  “Ce qui me plait le plus dans ce job c’est la relation intergénérationnelle. On échange sur leur passé, leurs expériences, ils ont beaucoup à nous transmettre…” Comme quoi le numérique, c’est plus qu’une affaire de 0 et de 1.

Ce que veulent les femmes (âgées)

Les personnes âgées sont les véritables clientes :  ce sont elles qui payent les cours. Elles en entendent parler, par exemple, via leurs petits enfants (qui peuvent leur offrir des cartes-cadeaux) ou des partenaires qui soutiennent le service, comme certaines banques, des mairies ou des résidences séniors. 

Alors elles peuvent s’inscrire sur la plateforme (en se faisant aider la plupart du temps), en indiquant les thématiques qui les intéresse. De fait, trois sujets sont constamment demandés : 

  • La sécurité sur Internet et la prévention face aux arnaques
  • Communiquer avec la famille via les nouvelles applications
  • Gérer ses dossiers personnels, notamment depuis que la santé se digitalise

Néanmoins, les cours ne sont jamais entièrement calibrés et peuvent même être conçus “sur mesure” pour un client. Aaron se souvient par exemple d’un sexagénaire qui voulait être formé… sur la cryptomonnaie et le minage de bitcoins !

Julie (à gauche) en plein cours particulier !

La fracture numérique ne va-t-elle pas se résorber naturellement ?

Après tout, c’est le cas de toutes les fractures… La nouvelle génération pourrait s’imaginer que, d’ici quelques années, plus personne n’aura de problème avec la technologie. Mais Aaron observe une tendance inverse. “La fracture numérique existera toujours, on en est qu’au début ! Je dirais même qu’elle accélère et qu’on a du mal à suivre : il y a les casques VR, les objets connectés, la santé, les jeux…” Personne n’est à l’abri de se sentir largué un jour.

De fait, Clic & Moi croule sous les demandes.  Depuis mars dernier, pas moins de 500 séniors ont été accompagnés par 200 étudiants. Les premiers semblent conquis dans la mesure où 30% d’entre eux reprennent des cours après avoir terminé une première formation. Les étudiants, eux, donnent en moyenne 6h de cours avant de passer la main – parce qu’ils déménagent ou qu’ils entrent dans la vie active.

Le service, qui n’existait qu’en région parisienne, doit bientôt s’étendre dans 25 villes en France. Une bonne nouvelle pour les futurs fracturés que nous sommes tous. Mais au-delà de la dimension pédagogique, Aaron voudrait développer l’aspect social de son projet. “Nous formons une communauté, dit-il. Nous avons déjà des rendez-vous mensuels à Paris. Mais on veut organiser plus d’événements entre étudiants et séniors, des rencontres, des soirées, des bingos pourquoi pas !”

Ok, mais des bingos streamés en live sur Twitch, alors ?

À lire aussi