L’année dernière, Asta a quitté son travail d’assistante sociale pour se lancer dans la confection de bougies artisanales à base de Wussulan, l’encens malien.

Ses expériences passées la poussent en parallèle à fonder l’association « Nous, ici et Ailleurs » pour favoriser l’insertion de personnes en situation de handicap via l’artisanat. Rencontre avec une entrepreneuse de la promotion COMBO qui a osé se lancer, plutôt deux fois qu’une.


Quelles actions mènes-tu avec La Perle Wussulan ?

Je veux faire découvrir l’expérience du Wussulan à travers des bougies et des crèmes végétales en alliant les senteurs africaines aux notes occidentales. Avant au Sénégal, le Wussulan n’était pas considéré comme un produit noble car il était fabriqué et utilisé par la caste des cordonniers pour accueillir les invités, parfumer la maison ou encore les vêtements. C’est un savoir-faire ancestral qui se transmet de mère en fille ; son parfum est un secret de fabrication bien gardé. Puis, avec l’arrivée du féminisme, le Wussulan a repris une place d’honneur dans le quotidien, il a été mis en valeur comme un véritable produit culturel et traditionnel. Et aujourd’hui, le Wussulan est un produit utilisé par tous, jusque dans les produits de luxe. Mon projet, c’est aussi ça : casser les codes sociaux et mettre en lumière cette transmission de valeurs, de liens et de savoirs d’une culture.

Dis nous-en plus sur la dimension sociale de ton projet

Avec La Perle Wussulan, je veux créer des emplois pour des personnes en situation de handicap, d’autisme, et de mobilité réduite. J’ai toujours travaillé dans le secteur médico-social, auprès de personnes âgées et surtout d’enfants handicapés. Il y a un grand manque de soutien pour ces enfants et leurs familles aujourd’hui, dans le parcours éducatif mais aussi l’insertion professionnelle. En parallèle, j’ai donc créé l’association « Nous, ici et Ailleurs » pour accompagner des enfants autistes à travers des ateliers d’artisanat sur les bougies et les crèmes végétales. J’ai pu constater les bénéfices du travail manuel sur ces profils-là et surtout, toute la richesse qu’ils peuvent apporter à leurs créations. À terme, je souhaite créer une équipe autour du projet qui soit à l’image du Wussulan et de son histoire : inclusive et unie autour des valeurs de partage, de transmission et d’ouverture aux autres.

Quel a été ton parcours jusqu’à aujourd’hui ?

Après le bac, j’ai tout de suite voulu me lancer dans l’assistance sociale, avec un diplôme d’aide médico-psychologique puis d’éducatrice spécialisée et enfin un certificat d’aptitude aux Fonctions d’Encadrement, de Responsable et d’Unité d’Intervention Sociale. Mais depuis mon enfance, j’ai le nez plongé dans les parfums d’ambiance et les bougies. Ma mère mettait souvent de l’encens à la maison ; c’était très polluant à cause de la fumée mais j’aimais beaucoup l’odeur. Dès l’âge de 9 ans, je me suis mise à la recherche de produits moins nocifs avec l’odeur plus douce et saine du Wussulan, en vain. J’ai alors décidé de les fabriquer moi-même à la maison !

Quel a été le déclic qui t’a poussée à te lancer ?

Je me suis plusieurs fois sentie découragée devant le nombre de bougies disponibles sur le marché et aussi le fait que je sois une porteuse de projet africaine et voilée. Mais après avoir participé à la phase d’exploration de COMBO, j’ai senti que j’étais au bon endroit pour trouver comment transformer mes bougies en un vrai projet entrepreneurial. Loan et Anna, les deux responsables du programme, portent un regard différent sur l’entrepreneuriat. En plus, la dynamique du groupe était très motivante et les différents intervenants m’ont réconfortée. Ils m’ont donné envie d’aller au bout de mon projet, de bousculer les idées reçues sur les femmes voilées et de raconter une histoire autour de mes bougies. Le vrai déclic, je l’ai vécu le jour où j’ai quitté mon travail pour me lancer à plein temps sur la Perle Wussulan !

Comment t’es-tu adaptée au contexte du confinement ?

Le programme COMBO s’est officiellement terminé en février mais pendant la période particulière du confinement, Loan et Anna ont continué à nous suivre. Elles ont mis en place des sessions dédiées aux alumnis pendant lesquelles nous avons pu faire le point sur nos projets, passer du temps ensemble mais aussi nous former avec des mentors. J’ai aussi eu beaucoup de travail pendant ces mois-là avec le lancement de ma première gamme de bougies : j’ai fait des recherches sur le packaging, le logo, les fournisseurs…

En tant qu’entrepreneuse, quelle est l’étape la plus difficile à laquelle tu aies été confrontée ?

Cela a été de me rendre compte de la charge de travail à fournir pour voir mon projet se concrétiser. Allier mon rôle de mère de famille et mon projet n’est pas simple au quotidien : je veux toujours être à l’affut de nouvelles informations, être disponible pour les rendez-vous avec les accompagnatrices et les mentors, participer aux formations et les appliquer, travailler sur mon storytelling… et tout le reste !

Qu’est-ce que le programme COMBO t’a apporté ?

Le programme COMBO m’a apporté toutes les réponses que j’attendais sur l’entrepreneuriat : ce que cela implique, comment mettre en place un projet, où chercher des informations, comment s’organiser et gérer son temps, avoir une vision à court, moyen et long terme, créer et gérer son réseau, prendre soin de ses clients, la communication, le développement d’un produit et d’une gamme, et tant d’autres choses ! J’ai aussi eu la chance d’avoir des parrains-mentors pour m’accompagner – un expert de la communication et une salariée du groupe l’Oréal – qui me suivent aujourd’hui encore dans le développement de ma marque. Grâce à COMBO, j’ai gagné en confiance et je suis convaincue du potentiel de mon projet.

Qu’est-ce qui te rend fière avec ton projet ?

Ma fierté, c’est de mettre en lumière un produit ancestral. En réalité, le Wussulan est un encens semblable à ceux qu’on utilise dans d’autres pays comme la France, la Chine ou l’Inde. On connaît bien les produits indiens ou arabes mais beaucoup moins l’encens sénégalais ou malien. Avec la Perle Wussulan, je veux faire découvrir le Wussulan, lui redonner une place dans le quotidien des femmes et des familles, et surtout le pousser vers de nouveaux sommets avec des mariages uniques de senteurs et d’ingrédients naturels.